luoran

  • Accueil
  • > Archives pour février 2009
19 février 2009

J’ai testé…les produits ménagers maison

Publié par luoran dans J'ai testé...

Ca y est ! Me voilà parée pour au moins une bonne année de nettoyage purement écologique. Mais oui, c’est possible, suffit de bien s’entourer ! Et comme je suis partageuse, je me suis dis que j’allais vous faire profiter de ma petite expérience en la matière. Personnellement, ça faisait plusieurs mois que j’étais bien entourée ; me restait plus qu’à…puis un beau jour, lors d’une soudaine motivation ménagère, j’ai réuni tous mes amis et j’ai mélangé, secoué, humé, remélangé…et voici le résultat : un formidable produit WC, un très efficace produit vaisselle et un nettoyant multi-usages ! De quoi en faire pas mal !

Donc, tête-à-tête avec vos meilleurs amis, j’ai nommé vinaigre blanc et bicarbonate de soude, auxquels vous joindrez quelques « connaissances » suivant les recettes. Plus besoin de polluer famille et planète pour un ménage efficace, croyez-moi.

Pour le nettoyant wc : dans un vaporisateur de 500 ml, 1/3 vinaigre blanc, 2/3 eau et deux cuillères à café d’huiles essentielles (chacun son choix pour le mélange). On vaporise, on laisse agir, on brosse, et-c’est-ni-ckel !

Nettoyant-desinfectant multiusage : dans un bidon, 1 cuillère à soupe de bicarbonate, 1 litre d’eau chaude. Bien mélanger. Préparez un verre avec 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc et 1 cuillère à soupe d’un mélange HE (citron, tea-tree, pin, par exemple). Versez dans le bidon, mélangez et bien secouer avant chaque utilisation.

Le liquide vaisselle : pour un flacon de 500 ml, une cuillère à café de bicarbonate de soude, 1/6 de savon liquide neutre (à défaut remplacer par du liquide vaisselle écologique ou des cristaux de soude). Remplir d’eau et ajouter 15 à 20 gouttes d’huiles essentielles.

Vous n’avez plus aucune excuse !!!

12 février 2009

L’AFSSA blanchit le maïs transgénique

Publié par luoran dans It's my life

On a tous des petites habitudes. Moi, tous les matins, j’écoute France Info en prenant ma douche. Chacun son truc. Et ce que j’ai entendu ce matin, m’a mis de mauvaise humeur pour la journée !!!

L’agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) estime que la consommation du maïs transgénique MON 810, dont la culture est interdite en France -mais pour combien de temps encore ? – ne présente pas de risques pour l’homme. C’est marrant, car un rapport du Professeur  Yvan Le Maho indiquait le contraire. Et c’est d’ailleurs sur ce document que Jean-Louis Borloo s’était appuyé pour justifier l’interdiction de la culture de ce maïs en France.

Encore une décision qui profite aux grands groupes industriels au détriment du choix et de la santé des consommateurs. C’est tout à fait avéré que Monsanto sait graisser la patte, faire pression sur les gens qui seraient susceptibles de leur mettre des bâtons dans les roues, et sait mettre en place à des postes clé des gens qui leur sont favorables ou à qui ils ont graissé la patte justement.

José Bové, le leader altermondialiste pense qu’il ne faut pas s’attendre pour autant à ce que la culture du maîs MON 180 soit de nouveau autorisée. On dirait pourtant que ça en prend doucement le chemin !

Avant son interdiction, le MON810 était le seul OGM cultivé en France. Invoquant « le principe de précaution« , le gouvernement français avait interdit sa culture l’an dernier et déclenché auprès de l’Union européenne la clause de sauvegarde, suivant ainsi l’avis de la Haute autorité provisoire sur les organismes génétiquement modifiés (OGM).

Mais cette clause de sauvegarde a déjà été remise en question à plusieurs reprises. Début novembre, les autorités sanitaires européennes ont notamment estimé que son maintien était infondé.

…ça ne présage rien de bon pour la suite…

11 février 2009

Gâteau moelleux au pavot et au citron

Publié par luoran dans Boire & manger

Gâteau moelleux au pavot et au citron dans Boire & manger kif_1210J’ai l’âme pâtissière en ce moment, me direz-vous. Et bien, oui, figurez-vous que j’ai le temps ! J’ai fait un petit tri dans mes recettes, et j’en ai mis certaines de côté à essayer sous peu. Et comme cette longue après-midi hivernale mi-pluvieuse, mi-neigeuse ne présageait rien de particulièrement excitant, rien de tel pour s’adonner à la réalisation de ce magnifique gâteau moelleux au pavot et au citron.

Pour commencer, petit rappel purement éducatif concernant le pavot : l’Europe Centrale est friande de ces petites graines qui se croquent – sans effets secondaires ! Vous ne tomberez pas dans les bras de Morphée, bercés par un troupeau d’éléphants roses ! On appelle pavot toutes les papavéracées, regroupant plusieurs espèces allant du coquelicot au pavot à opium. Les membres de cette famille sont munis juste sous les pétales d’une capsule bien dodue. Si on incise cette capsule, une multitude de 58eca810 dans Boire & mangerpetites graines gris bleuté s’en échappent. Les graines employées en cuisine proviennent du pavot noir, alors que l’opium et ses dérivés, la morphine et l’héroïne, proviennent du pavot blanc ou pavot à opium. On extrait la gomme blanche en incisant le bulbe encore vert. Les graines de pavot noir, largement utilisées en cuisine, servent aussi à la fabrication de l’huile d’oeillette, utilisée dans la peinture à l’huile.

Donc, pour notre gâteau : 3 càs de graines de pavot, 100 g de beurre mou, 150 g de sucre, 2 oeufs, 6 càs de lait, 175g de farine, 1/2 sachet de levure, le zeste d’1 citron jaune.

On fouette le beurre mou et le sucre (moi je n’ai jamais réussi à « fouetter » le beurre, ça se prend dans le fouet, c’est l’horreur, alors je dirais plus simplement « mélanger »). On ajoute les oeufs, le lait. Là on fouette – sans problème – puis on incorpore la farine et la levure que l’on a préalablement mélangées. On ajoute les graines de pavot et le zeste finement râpé. Versez la préparation dans un moule. Mettez à cuire 20-25 minutes, au four préchauffé à 180°C. Et régalez-vous !!

6 février 2009

Fassbinder par Dubusset, une expérience insolite

Publié par luoran dans It's my life

 Fassbinder par Dubusset, une expérience insolite dans It's my life logo-c10  saison10 dans It's my life

C’était lundi dernier. Je suis allée à la Maison du Peuple à Clermont-Ferrand voir « Qu’une tranche de pain » de R.W. Fassbinder. L’adaptation est signée Fabrice Dubusset, le directeur artistique de la compagnie « Procédé Zèbre » de Vichy.

La mise en scène est plutôt originale, et ce, dès la file d’attente : on nous attribue un carton numéroté et on nous indique la file à prendre. On fume la dernière cigarette  entre officiers nazis et infirmières en se demandant ce qui se passe ici. Avant d’entrer dans le lieu même où se déroule le spectacle, les spectateurs attendent patiemment au milieu des acteurs et figurants dans l’espace qui fait office de loges. On les regarde rire, ajuster un costume, se repoudrer le nez. La mise en scène intègre complètement le public. Le sujet est sensible et le but est que le spectateur ressente des émotions. L’histoire est celle d’un jeune réalisateur qui tourne une fiction sur des déportés du camp de concentration d’Auswitch. Mais celui-ci doute de son travail, ne sachant pas comment filmer ce qu’il estime irreprésentable.  Une troublante confusion s’installe entre réalité et illusion, entre théâtre, tournage et fiction. Le spectateur assiste au tournage debout, au milieu des acteurs et figurants (lycéens, élèves du conservatoire, acteurs professionnels et amateurs dont quatre patients de l’hôpital psychiatrique de Vichy avec lesquels le metteur en scène mène un travail depuis de nombreuses années), partage un repas – la fameuse tranche de pain -,  se fond complètement dans la mise en scène. Qui est acteur, figurant ou spectateur ? Une expérience insolite et très intéressante.

5 février 2009

Ma première (vraie) tarte aux pommes

Publié par luoran dans Boire & manger

Ca fait des années que je n’avais pas fait de tarte aux pommes. De vraie tarte aux pommes. Car je vous entend d’ici : « Hyper fastoche », « les doigts dans le nez », « les yeux fermés »… Quand je dis vraie, ça veut bien évidemment dire pâte maison, et faire pour la première fois une superbe pâte brisée qui tienne le coup, c’est pas forcément évident.

Heureusement, j’ai un chef à portée de main pour me prodiguer de judicieux conseils et, je dois bien l’avouer à contre-coeur, pour sauver (de la honte et de la poubelle) ma première vraie tarte aux pommes ! Et pourtant, elle était délicieuse ma pâte brisée ! Délicieuse, mais trop friable. Car figurez-vous que pour réussir une superbe pâte brisée, il faut jauger ! Et oui, on en apprend tous les jours : toutes les farines ne se ressemblent pas (?), et selon la farine, il faut mettre plus ou moins d’eau, et justement là, j’en avais pas mis assez, d’où la friabilité !

Bon à vous, et je vous laisse vous débrouiller. Donc pour la pâte brisée : 250g de farine, 25g de sucre, 5g de sel, 125g de beurre, 1 jaune d’oeuf, 5cl d’eau (ou plus selon votre farine !). On dispose la farine en fontaine. On ajoute le sel, le sucre, le jaune, l’eau et le beurre en petits morceaux. On mélange du bout des doigts au centre de la fontaine et on incorpore au fur et à mesure la farine. Ne pas trop pétrir la pâte (pas comme moi !) et la réserver au frais.

Ensuite c’est la partie la plus facile : on coupe les pommes (600g) en tranches régulières. On abaisse la pâte à 3 mm d’épaisseur et on la dispose dans le plat sans grande difficulté, si vous avez assuré plus haut ! Masquez le fond de la tarte avec la compote (vous faites comme vous voulez, moi je l’ai acheté. Déjà fait la pâte, faut pas pousser…). On dispose joliment les pommes, et la prochaine fois je mettrais un peu de gelée de coing par-dessus. On enfourne à 200° pendant 30/35 minutes et voilà le résultat :

Ma première (vraie) tarte aux pommes dans Boire & manger kif_1110kif_1111 dans Boire & manger

TROP BONNE !!

J'assure ce soir, le blog |
POWER OF TUN |
Inexpliqué |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez Florence
| PAVILLON GIGOUX. PORTE 113
| Jean-Charles Tassan Sup de ...