luoran

19 mars 2010

La Damoiselle, délicieuse auvergnate

Publié par luoran dans Boire & manger

La Damoiselle, délicieuse auvergnate dans Boire & manger p1010415L’Auvergne a une multitude de choses à offrir au visiteur curieux, gourmand et attentif. Si, si, si.

Des paysages enchanteurs qui raviront les amoureux de la nature, de délicieux fromages qui, affinés, perturbent généreusement les papilles par leurs saveurs, des vins qui vous surprendraient assurément et… de la bière

Car oui, l’Auvergne a un passé brassicole ! Quelle riche région, vous entends-je dire d’ici… !

j’ai découvert cette bière il y a très peu de temps et comme je l’ai aimé (je l’aime et je l’aimerai ), je la partage.

Charlie Leroux est intallé à Blesle, petite commune de Haute-Loire (très charmante, je peux le dire, car déjà visitée) et fêtera ses 1 an – d’installation, bien sûr -  le 1er mai. D’ailleurs, à cette occasion la Brasserie de l’Alagnon ouvre grand ses portes avec visite, goûtage et tout, et tout…

 

Brasserie de l’Alagnon – Rue de la Bonale 43450 Blesle

Ouvert tous les après-midi sauf lundi et mercredi et les dimanches seulement en été. Pour plus d’information : 04 71 74 18 90 – brasserie.alagnon@gmail.com

13 mars 2010

Le bourgeon pointe

Publié par luoran dans It's my life

 Le bourgeon pointe dans It's my life maison10

Bon ! les soldes, c’est fait ! Demi-jambes et maillot, c’est fait ! Voilà pour l’essentiel. Je l’attends de pied ferme ce printemps !

En fait je l’avais imaginé pointer le bourgeon un plus tôt que prévu ce cher printemps. Quelques rayons hasardeux…un semblant de réchauffement climatique…l’arrivée des premières asperges vertes, et hop, me voilà motivée ; m’en fallait pas plus pour m’y croire et ressortir mon (vieil) imper gris Zara (dont je ne me lasse pas), pour troquer chapeau en alpaga (quand j’y pense, lui aussi il est vieux, mais je ne m’en lasse pas non plus. En fait, ça fait dix ans que j’ai le même look hivernal-printanier!) contre new casquette blanc cassé, mes jolies chaussures printanières n’attendent que mon pied nu pour se chauffer…Mais non…rien à faire, l’hiver perdure !

Mardi dernier la réalité m’a rattrappé, j’ai rangé casquette, jupe et nus-pieds…en cette fin de semaine, suis un peu plus confiante, l’hiver n’aura pas le printemps !

 

 

 

10 mars 2010

Michel Issaly, Domaine de la Ramaye

Publié par luoran dans Boire & manger

Déroutant. Surprenant. Grisant.

Ce gaillac blanc « Les Cavaillès Bas » de Michel Issaly est tout simplement…Ah non, simplement ça ne va pas du tout avec ce vin ! Est tout délicatement délicieux…Il se découvre petit à petit…un attaque légèrement perlante…puis une subtile rondeur…jamais un vin blanc ne m’avait autant surpris. Un vin blanc aux saveurs très particulières : beurre, gras, marinade, gibier même…une palette tout autant surprenante qu’enchanteuse.

Michel Issaly est président des vignerons indépendants, et conduit à Sainte-Cécile d’Avès avec amour et passion, sa vieille exploitation gaillacoise de 5 hectares essentiellement en vieux plans locaux : Duras, Braucol, Mauzac, et Len de l’El.

J’adore ce que l’on peut lire au dos de la bouteille, tout y est dit :

« Vous avez le droit de ne pas aimer ce vin. Car il est à l’opposé des vins technologiques qui sont eux vinifiés pour plaire à tout le monde. Cette cuvée est la synthèse d’un terroir, d’un millésime et des cépages uniques de ce vignoble tarnais (Mauzac, Len de l’el, Ondenc) qui vont donner au vin l’âme de l’homme qui a réussi cette union. Tous nos raisins sont récoltés manuellement et en totale maturité puis sont vinifiés naturellement sans aucun artifice et sans manipulation de la matière première.

Le vin doit rester ce liquide du ciel et de la terre : la boisson suprême« .

 

4 mars 2010

La tête dans les étoiles

Publié par luoran dans It's my life

La tête dans les étoiles dans It's my life 5170ea10Jeudi 04 mars 2010. Le monde de l’hotellerie et de la restauration est sur le pied de guerre : le Michelin est sorti… et avec lui, son lot de plaisirs et de désillusions. Tous les ans, début mars, le suspense est au rendez-vous. Qui perd, qui gagne ? Et tous les ans, doute et suspiscion s’invitent à la fête.

Chaque année, en effet, les arcanes du Michelin nous poussent à se poser des questions sur les critères d’attribution de ces fameuses étoiles, fourchettes et autres bibs gourmands. Rappelons que l’étoile équivaut à « une très bonne table » et le bib gourmand « une bonne table à prix modérés », les fourchettes correspondant au confort. Je souligne bonne table car, force est de constater  que le guide compte de nombreux oubliés et de nombreux élus qui ne devraient pas l’être.

Aux vues, ces quelques années, de certaines attributions aléatoires, je suis de ceux qui pensent que celles-ci sont parfois plus géographiques et commerciales que gustatives. En effet, il ne serait pas judicieux que les lecteurs (et acheteurs !) dudit guide, se trouvant sur les routes, ne trouvent point de table pour se restaurer.

« Les étoiles correspondent à ce qui est dans l’assiette. Le confort et la décoration ne sont donc pas pris en compte dans les étoiles. Ce n’est pas le Guide qui pousse les établissements à investir mais ce sont les chefs qui veulent peut-être un décor qui valorise particulièrement la qualité de leur cuisine et qui réponde aux attentes de leurs clients ». Personnellement, et cela n’engage que moi, je ne crois pas un instant à ce discours. Evidemment, pour corroborer ces dires, on a toujours le petit restaurant au confort sommaire récompensé d’une étoile !

Je ne cherche pas à décrier le Guide Michelin, mais naïvement à mettre en évidence une certaine opacité et un manque certain d’objectivité et d’audace, au profit de la veine commerciale.

…Bon appétit…!

3 mars 2010

Liniment, liniment…

Publié par luoran dans Maman luoran

Liniment, liniment... dans Maman luoran p1010410Le liniment oléocalcaire. Mais qu’est-ce donc ? Ca existe ça ? Voilà les deux questions qui me sont venues à l’esprit la première fois que j’ai entendu ce nom barbare. En fait, le liniment oléocalcaire ça se découvre avec l’arrivée de bébé, en même temps que les primipare, érythème, dpa et autres, car ça existe bel et bien, et c’est idéal pour nettoyer les fessiers, mais oui, même le vôtre, les p’tits, les gros…

C’est un produit naturel qui a en fait plusieurs utilisations, mais on l’emploie le plus souvent pour nettoyer les fesses de bébé. Il apaise les irritations, notamment en cas d’érythème fessier. Il peut également soulager l’eczéma et les mamelons sensibles en cas d’allaitement, s’utiliser comme crème hydratante ou démaquillant, en massage après le bain…Mais comment ais-je pu vivre jusque-là sans liniment oléocalcaire ?

Et comme je suis dans ma folle période « C’est moi qui l’ai fait« , je le fais moi-même. Et si je peux le faire, vous pouvez ! Tiens, d’ailleurs comme j’ai plusieurs petites recettes qui m’attendent, je vais créer une catégorie « C’est moi qui l’ai fait » dans laquelle je vous confierai tous mes secrets…

Donc, il vous faut : 125 ml d’huile d’olive de bonne qualité et bio de préférence, 125 ml d’eau de chaux (oui, encore un truc bizzare ; ça se trouve en pharmacie), 5 ml d’huile d’amande douce, et un mixeur plongeant ou pas, pour mélanger le tout. Vous monter le mélange comme une mayonnaise et le tour est joué ! Quelques options facultatives : 5 ml d’huile de germe de blé à la place de l’amande douce, quelques gouttes d’huiles essentielles.

Testé et approuvé par tout petit fessier

 

J'assure ce soir, le blog |
POWER OF TUN |
Inexpliqué |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez Florence
| PAVILLON GIGOUX. PORTE 113
| Jean-Charles Tassan Sup de ...