luoran

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2011
21 octobre 2011

It’s time to change

Publié par luoran dans It's my life

 

Maintenant, c’est ici que ça se passe…

 

 

13 octobre 2011

Tout con, tout bon !

Publié par luoran dans Boire & manger

Ce pourrait être ma devise culinaire. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais je ne me lance que dans des recettes simples, rapides, mais non moins goûteuses ! Malgré tout, je rêve de réaliser un jour un plat qui mijote pendant des heures, avec bouquet garni, fond et tout et tout…

Aujourd’hui, point de bouquet garni, je m’en vais vous conter l’histoire de la betterave et de la courgette…

Râpé de betterave au chèvre sec et Pesto de courgette. Alors, déjà vous avez carte blanche : apéro, entrée, goûter, c’est vous qui voyez.

Alors c’est parti, on achète une betterave CRUE (et ce n’est pas la partie la plus facile de la recette !). On ne l’épluche pas, on la brosse sous l’eau pour bien la nettoyer. On la coupe comme un carotte râpée, on l’assaisonne avec huile d’olive ou huile de noix et vinaigre, sel et poivre. On râpe par-dessus un bon chèvre bien sec et on se régale !

Pour le pesto : 4 petites courgettes, 4 petites poignées de pignon de pin, 10 à 15 feuilles de basilic, 1 gousse d’ail et 4 cuillères à soupe d’huile d’olive, oups, j’avais oublié une cuillère à soupe de parmesan ! Les courgettes dans l’eau bouillante pendant 5 à 10 minutes, vous les mixez et les réservez. Vous hachez les feuilles de basilic, les pignons, la gousse d’ail écrasée, le parmesan et l’huile d’olive et vous mélangez tout ça avec la courgette qui attend impatiemment. Un peu de sel et de poivre, le tout sur une tranche de pain complet grillé et c’est fini !

Déjà ?

11 octobre 2011

Etre ou ne pas être…Maitres Restaurateurs

Publié par luoran dans Boire & manger

Etre ou ne pas être...Maitres Restaurateurs dans Boire & manger untitl10Depuis quelques temps, je vois fleurir  sur les sites internet ou à la porte des restaurants de jolis panonceaux annonçant un titre quelque peu pompeux : « Maître Restaurateur ». A priori, cela ne m’ennuit guère. Ce qui me chiffone, c’est que certains clients y voient là une attibution de bon restaurant, un label qualitatif quant à la cuisine qu’on y sert. Non, non, et non.

Pour prétendre au Titre, il faut remplir un cahier des charges :

La cuisine doit être faite sur place.

Avoir du personnel qualifié.

Accueillir le client de manière aimable, souriante, courtoise, chaleureuse, en utilisant des formules de politesse adaptées.

La tenue et la présentation du personnel d’accueil doivent être soignées, propres.

Assurer un service à table efficace et attentionné. Gérer l’attente entre les plats.

Servir des plats en quantité suffisante. Leur présentation doit être soignée et attractive.

Prendre congé du client de façon chaleureuse, aimable et souriante avec remerciements.

Bon, en gros, il suffit de faire son métier normalement, c’est ça ?

Je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’il y ait besoin de faire le tri parmi toutes les offres de restauration ; on peut d’ailleurs voir à quel point la profession s’est enlisée, quand il s’agit  »d’imposer » à certains un cahier des charges qui se veut être ce que le restaurateur devrait naturellement faire !

Ce qui me gêne dans ces labels attrape-clients, c’est qu’il s’agit pour moi d’un simulacre de label qualitatif. On y trouve tout et rien, les meilleurs tables, comme les pires ! Des endroits qui, justement, ne cuisinent pas proprement dit et dans lesquels je ne mettrais jamais les pieds ! Alors on est en droit de s’interroger sur les critères de sélection.

Plusieurs associations se sont réunies pour créer celle des Maîtres Restaurateurs, notamment les Restaurateurs de France. Je ne sais pas exactement si l’adhésion aux Maîtres Restaurateurs se déroule de la même façon, mais à l’époque c’était ça : tu raques 1000 euros par an pour qu’un jeune de 25 balais tout droit sorti de son cabinet d’audit qui ne sait même pas faire la différence entre une palourde et une st-jacques et qui met des glaçons dans son vin, te dises si tu remplis le nombre de cases nécessaires pour faire partie de l’équipe de vainqueurs, et ce qu’il faut changer pour avoir droit au titre prestigieux !

Ne vous laissez pas berner par cette publicité trompeuse, panonceaux, guides et autres enseignes commerciales. Il peut y avoir du  très bon, comme du mauvais. Alors fiez-vous d’abord à vous-même, au goût vrai. Préferez les cartes courtes qui cuisinent les produits de saison, les restaurants autentiques ; fuyez les cartes à rallonge et les lieux qui vous proposent tout, c’est souvent qu’ils ne savent justement rien faire !

7 octobre 2011

« Maman, suis cachée… »

Publié par luoran dans Maman luoran

« Mamaaan, suis cachéééée« *…alors bien sûr, elle est grillée en deux secondes et demi. A peine je me tourne, je la vois – bien qu’elle fasse quelques progrès ! Mais bien sûr, je fais durer le plaisir avant de la trouver ; sous la table ? Derrière le canapé ? Dans la cuisine ?… Ma cachette préférée reste, je pense, lorsqu’elle ouvre la porte du micro-onde, qui arrive au niveau de sa petite tête et qu’elle se « cache » derrière… 

ça y est, moi,  »Yahi Péyé« * j’ai « do zans« *, même 25 mois pour être exact ! Et comme l’a dit Madame Pernoud, je suis en plein dans l’explosion du language. Et franchement, mes parents se régalent ! En parlant de régal, moi je suis une gourmande ! j’ai bien compris où était rangé le « ocolat« * dans la cuisine à papa, et j’en réclame dès que je franchit la porte du restaurant. Je vais toujours « chez li copines« * le lundi aprem, même que je suis chez les grands maintenant. Je vois la vie en « jône »*, « sôte »* partout et aime faire « calin maman« * avant de dire « bonjour nounou, bonjour Louis« *. Louis c’est l’autre enfant que garde ma nounou, mais « pas beau Louis« *, il me tire les cheveux des fois. D’ailleurs avec moi, rien n’est vraiment beau ; « pié papa pas beau« *, « pas beau papi ohal »* (papi Portugal hihihi !). J’ai encore un peu mal aux dents de temps en temps, alors maman me donne des « ganoules« * homéopathiques avant de faire un « ros dodo« * avec « yaya« * et « nounoun« *, et même que je commence à faire des « ros pipi« * et des « piti caca« * dans le « po« *. « caca boudin« *. « Yahi teni la poutete« *. « Tin maman cot de nez« *.

Par contre, quand je chope au vol un putain ou merde lancé par papa ou maman , là pour le coup ils ne rigolent plus, marrant non ?

* en Charlie dans le texte

J'assure ce soir, le blog |
POWER OF TUN |
Inexpliqué |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez Florence
| PAVILLON GIGOUX. PORTE 113
| Jean-Charles Tassan Sup de ...